Un point sur la formation pour devenir huissier de justice

 Pour accéder à la profession d’huissier de justice, il est nécessaire d’effectuer un « stage » de deux ans dans une étude d’huissier en suivant, en parallèle des cours au Département de formation des stagiaires. Nicolas Fontaine, stagiaire au sein d’une étude d’huissier, a accepté de répondre à nos questions sur cette formation, souvent méconnue des étudiants.

Présentez-vous en quelques mots.

Après un Master 1 droit privé général à l’Université Paris Ouest Nanterre, j’ai décidé de me tourner vers la profession d’huissier de justice. Je travaille au sein d’une étude d’huissiers de justice. En parallèle, je suis inscrit à l’école nationale de procédure (ENP) et au département de formation des stagiaire (DFS).

Comment se déroule la formation ?

L’ENP est une école qui se fait en deux ans. A l’issue de ces deux années de formation, il est possible d’obtenir le diplôme de clerc expert (équivalent à un Master 2). Cette formation est facultative. Elle permet notamment de travailler dans le service contentieux d’une entreprise ou dans un service de recouvrement.

Pour devenir huissier de justice, il faut faire un « stage » de deux ans dans une étude et être inscrit au DFS. Le DFS est une formation dispensée par la chambre nationale des huissiers de justice à raison d’une journée de formation par mois. A l’issue de cette formation, un examen permet d’accéder à la profession d’huissier.

Une fois, les deux ans de formation effectués, comment se déroule l’examen pour accéder à la profession d’huissier ? Combien de fois peut-on le passer ?

C’est un examen et non un concours. Il y a, tout d’abord, des épreuves écrites. Si on est admissible aux écrits, on peut passer l’oral. Il y a deux sessions par an. Le nombre maximal de passage est de 4.

 Pourquoi avoir choisi de vous orienter vers la profession d’huissier de justice ?

Ce qui m’a intéressé dans cette profession est que c’est un métier de terrain. On est amené à sortir que ce soit pour des significations, des saisies ou encore des expulsions. C’est aussi un métier de proximité : les justiciables viennent nous voir pour régler des problèmes. Malgré sa mauvaise réputation, les gens nous remercient souvent du travail que l’on effectue.

Que faites-vous lorsque vous êtes à l’étude d’huissier ?

Je rédige des actes détachés notamment des significations de jugement, d’assignation, des ordonnances d’injonction de payer et des commandements de payer. Nous nous occupons aussi de significations d’actes à l’étranger.

Je gère aussi des dossiers en exécution. Pour prendre un exemple concret, un jugement a été rendu et un avocat nous demande de faire exécuter le jugement. On a alors à notre disposition toute une panoplie de mesures d’exécution pour le faire exécuter notamment le commandement de payer aux fins de saisie vente, saisie attribution…

Je suis également assermenté pour pouvoir signifier des actes ce qui me permet de sortir et d’aller à la rencontre des justiciables. Pour se faire, j’ai prêté serment devant le tribunal d’instance du ressort de l’étude et je suis titulaire d’une carte professionnelle de clerc significateur.

 Est-ce difficile de jongler entre les cours et le travail à l’étude ?

C’est un stage pratique. On apprend énormément à l’étude en appliquant la théorie que l’on voit en cours. Le DFS et l’ENP demandent beaucoup de travail personnel.

Que conseillerez-vous à un étudiant qui veut se diriger vers la profession d’huissier ?

Il faut prendre toutes les options se rapportant à la procédure (procédure civile, procédure civile d’exécution) mais aussi des matières comme le droit des biens, le droit des contrats, régimes matrimoniaux… Je conseillerai d’effectuer un Master 1 droit privé. La profession est accessible à partir du Master 1. L’ENP permet en outre d’avoir une équivalence Master 2. Si vous voulez aller jusqu’au Master 2, un Master 2 droit privé, carrières judiciaires ou de droit des procédures est indiqué.

Propos recueillis par Raphaëlle Grandpierre,  

Juriste en droit du travail, au Groupe des Industries  Métallurgiques.